Un moment de vérité : comment le mettre en œuvre dans nos Églises ?

Comment cette crise que nous traversons peut et doit nous transformer ?

Un grand merci à Samuel Tracol qui a assuré l’enregistrement sur la chaîne YouTube du Centre œcuménique d’Orléans

POUR RÉÉCOUTER LA PREMIÈRE PARTIE DE LA  VISIO-CONFÉRENCE CLIQUEZ ICI

Véronique Margron répond à trois questions :

1 - Pendant de nombreuses années vous avez été amenée à recevoir et écouter des victimes d’abus de toutes sortes et, d’autre part, comme théologienne vous réfléchissez aux racines du mal, pouvez-vous nous expliciter comment le système clérical, l’exercice du pouvoir  au sein de l’Eglise ont-ils contribué à cette crise ?

2 - Comment concrètement utiliser ce moment pour provoquer une mutation positive ?

3 - Depuis la rédaction de votre livre, estimez vous que des évolutions apparaissent au sein de l’Eglise catholique ? Pensez-vous que le dialogue œcuménique soit une voie pertinente à mettre en œuvre ?

 ________________________________

Véronique Margron, soeur dominicaine et théologienne, est présidente de la Conférence des religieux et religieuses en France (CORREF).

Depuis des décennies, elle a été amenée à recevoir et écouter des victimes d’abus de toutes sortes, ce qui donne à son propos une densité humaine unique.

Comme théologienne, elle pousse la réflexion au-delà de la simple critique d’un dysfonctionnement. Pour elle il s’agit de déceler dans ce qui structure l’Église les racines du mal et dans ses fondements spirituels les issues possibles d’un relèvement.

Depuis la publication de son livre : Un moment de vérité   (Albin Michel, avril 2019) accompagné le la mention : « Abus sexuels dans l’Eglise, une théologienne s’engage », elle parcourt la France pour débattre des 12 travaux à mener de front au sein de nos Eglises :

1- déconstruire le « système clérical », 2 – transformer la crise en mutation, 3- renforcer le dialogue avec la société, 4 - faire la vérité pour retrouver la confiance,

mais aussi :

5 – mettre les victimes au centre, 6désacraliser la figure du prêtre, 7 - promouvoir la place des femmes, 8 - changer le style de l’Eglise, 9 - former les prêtres sur les questions affectives, 10 - combattre les phénomènes d’emprise, 11 - revoir l’exercice du pouvoir au sein de l’Eglise et 12 - mettre en actes la « tolérance zéro ».

 Avec elle voyons comment cette crise que nous traversons peut et doit nous transformer en faisant la vérité et en contribuant au dialogue non seulement dans chacune de nos Eglises mais aussi de façon œcuménique.

Voir le tract